#RDVAncestral – A l’aube d’une vie

Le #RDVAncestral est un projet d’écriture, ouvert à tous, qui mêle littérature et généalogie et qui permet de partir à la rencontre de ses ancêtres. Ce 18 avril 2020 est un jour particulier et ma recherche d’Hubert, initiée depuis le début de cette année 2020, marque une pause aujourd’hui…

Alors que je m’apprête à partir à la recherche d’Hubert WALENTIN, mon aïeul aliéné pour qui j’ai beaucoup d’affection et de tendresse, je suis soudainement happé et me sent transporté dans un autre lieu, une autre époque…

Quelle surprise de se retrouver au milieu des véhicules, moi qui était plutôt habitué par les voyages au 18ème ou 19ème siècle. Quel brouhaha ! Des voitures, des camionnettes, des vélos et des passants, beaucoup de passants. Sans aucun doute, me voici au 20ème siècle.

Ne sachant pas ma destinée du jour, j’attends patiemment sur le trottoir, en attendant l’arrivée d’un hypothétique ancêtre qui pourrait m’expliquer ce que je fais là. Cinq, dix voire quinze minutes s’écoulent : pas le moindre indice et pas la moindre personne qui aurait daigné engager la conversation avec moi. Certes, j’ai pu observer cette scène de vie urbaine d’une autre époque, mais je commence à m’impatienter… J’attends encore quelques minutes et soudain je vois à ma droite, un homme d’une trentaine d’année qui vient à ma rencontre.

 « – Bonjour monsieur. J’imagine que vous attendez pour rentrer ! Je suis si impatient. C’est votre premier enfant ?
– Comment ?
– Vous n’attendez pas pour retrouver votre épouse ?
« 

La question de cet homme m’avait visiblement interpellé car il semblait être complètement confus par ma réaction et la tête que je devais faire à ce moment-là. Mais bon, s’il est venu jusqu’à moi, je me dis que je dois me laisser conduire par la providence.

 « – Excusez-moi, j’étais dans mes pensées. Je viens rendre visite à de la famille proche, mais je ne suis pas certain qu’ils soient toujours ici.
– Eh bien suivez-moi ! Vous demanderez au personnel. Vous verrez, la sage-femme est très aimable ! »

Je suis donc cet inconnu dans ce bâtiment qui devait être une maternité, sans savoir finalement s’il était de ma famille ou pas. Une fois dans l’entrée, mon guide me quitte et me laisse à une infirmière qui, visiblement, me reconnait et me conduit vers une chambre à l’étage. Avant que je n’entre dans la chambre, l’infirmière pose sa main sur mon épaule et me chuchote que je ne dois pas m’inquiéter. « Vous pouvez rentrer sans problème, car personne ne remarquera votre présence » me dit-elle. Je trouve ces mots étranges, mais je me sens rassuré. Effectivement, lorsque je pénètre dans la pièce, personne ne se retourne, comme si j’étais transparent.

La chambre d’une assez grande taille, comportait trois lits, dont deux étaient occupés. Dans un premier lit, une femme semblait dormir profondément. Sans doute se reposait-elle après avoir mis au monde son enfant ? Au niveau du second lit, une femme était couchée. Elle tenait un enfant dans ses bras, emmailloté dans un linge blanc. Le père était également présent. Visiblement ému, il se penche sur sa femme et l’embrasse sur son front. Je suis touché par ce geste d’affection et de tendresse.

Conforté par le fait que je ne pouvais être vu, je m’approche alors de cette famille pour me joindre à ce moment si précieux. Lorsque j’arrive devant eux, je me sens submergé par l’émotion. Les larmes coulent sur mes joues. Je pleure comme un enfant… devant moi, mon papi, ma mamie et surtout, dans ses bras, je reconnais, grâce aux photos que j’ai si souvent regardées, ma maman, ma tendre maman. Qu’il est doux de la voir, à l’aube de sa vie. Elle vivra des beaux moments mais aussi des instants plus difficiles, comme ce jour du 18 avril 2016, où elle nous a quitté, rendant son dernier souffle…

Le lilas, sa fleur préférée

Laisser un commentaire

8 commentaires sur “#RDVAncestral – A l’aube d’une vie”

%d blogueurs aiment cette page :